2018 Votre Site change !

 

Avec le soleil de mai, nous avons un avant-goût des vacances qui approchent.

Comme chaque année, je vais vous demander de nous aider à maintenir le cadre de vie voire à l’améliorer : fleurir sa maison, entretenir son trottoir et son caniveau, ramasser un papier qui traîne, ne pas piétiner les jeunes pousses en forêt, sont d’autant de petites choses qui sur la quantité est une aide précieuse à l’entretien de notre commune.

Les espaces verts nombreux et les deux cimetières nous font courir partout. De même, les trois points de collecte (verre, papier, vêtements) sont souvent remplis et c’est très bien. Si vous constatez un conteneur qui déborde, signalez-le en mairie et surtout ne déposez pas vos déchets sur le site. Faites quelques mètres de plus vers un autre site de collecte ou apportez vos encombrants à la déchetterie la plus proche.

D’autre part, les égouts ne sont pas là pour recevoir des produits chimiques comme les peintures ou la laitance de ciment car les pompes de relevage et la station d’épuration subissent de sévères avaries. Le cadre de vie est un élément essentiel du bien-être. Nous sommes dans un cadre champêtre où la nature est proche de l’homme. Gardons précieusement ce capital vert.

Participons à l’entretien de notre commune par des actes simples d’écocitoyenneté. Nous servons nos intérêts et donc ceux de la collectivité à laquelle nous appartenons.

Bonnes vacances à tous

Bernadette RETOURNARD

 

Repas Choucroute Novembre 2018

Cérémonie du 11 novembre 2018

Repas CCAS Octobre 2018 – Halte du Viaduc

Travaux rue de Chamarandes à Choignes (sept-oct 2018)

SDED 52

Les consignes de tri évoluent à partir du 1er janvier 2018

Le Syndicat Départemental d’Énergie et des Déchets (SDED 52) cherche à optimiser la gestion globale des déchets ménagers en termes de maîtrise des coûts.

Les haut-marnais sont de bons trieurs, avec d’excellentes performances de tri : 76 kg/hab. contre 47 kg au niveau national.

Toutefois, des marges de progrès économiques sont encore possibles, c’est la raison pour laquelle, avec l’appui de l’ensemble des collectivités en charge de la collecte des déchets, le SDED 52 a décidé d’harmoniser les consignes de tri à l’échelle départementale, ce qui permettra à tous les habitants de la Haute-Marne de trier de la même façon au 1er janvier 2018.

Ce projet induit une modification du geste de tri : les petits cartons (< 50×50 cm) et les cartonnettes d’emballages seront désormais déposés avec les papiers dans les points d’apport volontaire dédiés.

Surveillez votre boîte aux lettres, un nouveau guide du tri sera distribué entre le 26 et 28 décembre 2017.

Un doute, une question sur vos déchets ménagers, vous pouvez contacter le SDED 52 au 03 25 35 09 29 ou par mail sded52@sded52.fr

Plus d’infos en cliquant ici

Sites incontournables

LE CHATEAU ET LE PARC DE CHAMARANDES

jardins-chamarandes-42632-2-w1000

HISTOIRE DE L’EDIFICE

Historique :
La famille Poiresson possédait le château depuis 1560. Le château fut construit pour Jean II de Poiresson. Les aménagements du château et de son parc ont été réalisés vers 1740, probablement par l’architecte Jean Baptiste Bouchardon, très actif à Chaumont (Haute-Marne) et ses environs, pour un de ses descendants, Adrien François De Poiresson.

Ancien parc ou jardin :
Du côté du parc, en face de l’escalier, existait une allée d’eau et ce fut cette perspective qui fut aménagée par Bouchardon en 1736. Il possédait également trois statues : Flore, Pomone et Apollon.

Description actuelle du parc ou du jardin :
Le parc du château a perdu son allée d’eau en face de son escalier. La cour d’honneur possède un bassin central avec en son centre une statue. Dans le parc, une allée de buis taillés s’étend sur une pelouse, face à l’escalier. Les trois statues ne sont plus présentes et le parc possède également un espace boisé.

En 1960, le château et ses dépendances qui étaient dans un état critique ont été rachetés. Le nouveau propriétaire a restauré les parties principales du bâtiment et a créé, sur les espaces en ruine des communs, un ensemble de jardins dans le style anglais, composition de chambres de verdure et de mixed borders (qui ne sont autres que des bordures de jardin végétalisées), servent autant de séparation que d’élément de décoration. Composée de plantes vivaces et plantes annuelles, qu’elles soient à fleurs ou à feuillage décoratif, la mixed-border apporte une touche de luxuriance et d’élégance à l’espace nature Le théâtre de verdure en est un des éléments.

Descriptif du théâtre de verdure
Le théâtre de verdure de Chamarandes a été créé dans les années 60, dans l’enceinte des ruines d’une ancienne dépendance du château. Le fond de scène est constitué par l’un des murs de la bâtisse. Celui-ci, recouvert de lierre, présente deux ouvertures en arc de cercle (dissimulées par la végétation), ainsi qu’une trouée rectangulaire centrale, qui constitue un point de fuite attirant le regard du spectateur. Cette lucarne sur l’extérieur a une dimension poétique et stimule l’imagination, dans la mesure où elle laisse deviner le jardin environnant sans le révéler véritablement. Elle est agrémentée d’une petite poterie en terre cuite. Le théâtre est entièrement engazonné et aménagé de plain-pied. L’espace scénique est séparé du parterre par une haie de charmilles et de topiaires, taillées en boules et en cônes.

VISITE

Nous vous conseillons vivement d’aller visiter ce site merveilleux mais attention, ouvert au public uniquement 4 fois par an. Le château classique du XVIIIe siècle créé par Bouchardon est un joyau de distinction et d’élégance mis en valeur par un écrin gigantesque de verdure : un jardin à la française s’étend sur un parc de 5 ha. Vous admirerez la richesse arboricole du site : tulipiers, cèdres, hêtres pourpres. Il vous faudra flâner entre ces fenêtres de verdure, sillonner la roseraie, admirer le petit pavillon au bord de l’eau, le pigeonnier… le site est d’ailleurs classé. Si vous souhaitez plonger un peu plus dans cette atmosphère dix-huitième, vous pouvez louer la chambre d’hôte qui se trouve au château (4 épis) avec une terrasse prodigieuse… Il y a également un gîte. Si vous êtes sur place en septembre, allez faire un tour au 7ème marché d’automne. Vous le voyez, les jardins de Chamarandes sont incontournables !

Eglises et Cimetières

Eglise paroissiale Saint-Martin à Choignes

p1030251

Historique

L’église de Choignes était le siège d’une cure à la collation de l’abbé du Val-des-Echoliers depuis sa cession en 1460, en même temps que celle de Vouécourt, par une bulle du pape Pie II.
L’église Saint-Martin est un édifice du 13e siècle mais les voûtes de la nef ont été détruites ou n’ont jamais été reconstruites. Elle abrite un très beau mobilier : retables des vies de la Vierge et de Saint-Nicolas du 16ème siècle, peintures à fresques et bas-reliefs placés sous le porche découverts en 1837 lors de la restauration de l’édifice
Le clocher, et son escalier situé dans la nef, fut ajouté sur la croisée au 15e siècle. Les bras du transept et la sacristie ont été construits dans la 1ère moitié du 16e siècle ce qui a obturé les baies du clocher.
Le porche ainsi que la sacristie et son portail datent du 19e siècle En décembre 1875, l’architecte Dupuy dressa un plan afin d’établir le portail entre le chœur et la sacristie et d’implanter les confessionnaux dans la sacristie et le bras nord du transept

Description

Édifice à plan en croix latine.
La nef à vaisseau unique plafonné est précédée d’un porche à colonnes en pierre.Le transept saillant est suivi d’un chœur terminé par un chevet plat. La croisée de transept supporte la tour du clocher couronnée d’une flèche carrée. L’escalier d’accès aux combles et au clocher se situe dans l’angle intérieur nord-ouest de la nef. Le clocher et le mur du chevet sont en moellon et pierre de taille et le reste de l’édifice est en pierre de taille
Intérêt de l’œuvre
à signaler : portail à voussures et chapiteaux à crochet du 13e siècle.

Eglise paroissiale Saint-Vallier à Chamarandes

p1030267

Historique

L’église de Chamarandes , limite 15e siècle 16e siècle ; 2e quart 19e siècle, était succursale de Brottes puis devint annexe de Choignes après le Concordat. Le 12 mars 1833, Chaussier, architecte à Chaumont, établit un devis pour la reconstruction de la nef, de la sacristie et du clocher. La pierre de taille devait provenir des carrières de Chamarandes, le pavé serait en dalles de Brethenay posé sur des décombres damés de la démolition de l’ancienne construction. L’adjudication eut lieu le 3 mai 1833 au profit de Georges Chaudron de Chaumont pour 8000 francs et la réception se déroula le 29 juin 1834.

Description

Edifice à plan en croix latine.
La nef plafonnée à vaisseau unique est précédée d’un porche, de la sacristie dans l’angle sud-ouest et de la cage d’escalier dans l’angle nord-ouest. Le porche est surmonté de la tour du clocher couronnée d’un toit en pavillon couvert de zinc.
Le transept saillant est voûté d’ogives. Le choeur se compose d’une travée droite suivie d’une abside à trois pans, le tout voûté d’une voûte d’ogives à six quartiers
Une armoire-eucharistique obturée est présente dans le mur sud du choeur.
Les murs gouttereaux de la nef sont en moellon avec chaîne en pierre de taille et le reste de l’édifice est en pierre de taille.
Intérêt de l’œuvre

à signaler : une statue de Saint Nicolas et une très ancienne dalle funéraire.

Cimetières

Ci-dessous le Formulaire de demande pour
le renouvellement de concession funéraire.

.

LES CENDRES FUNÉRAIRES : DISPERSION ET LÉGISLATION

Actuellement, environ 30% des défunts font l’objet d’une crémation. Ainsi, face à une demande de plus en plus importante, le droit a dû évoluer en la matière.

Le statut juridique des cendres

La loi n°2008-1350 du 19 décembre 2008 relative à la législation funéraire a instauré un véritable régime juridique des cendres funéraires qui disposent désormais de la même protection juridique que celle d’un corps inhumé.
Il est ainsi précisé dans le code civil que « Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence »
Les cendres ont désormais le statut de corps à part entière, en conséquence, la pratique de la dispersion est désormais strictement encadrée et réglementée.
Le délit de violation ou de profanation de sépulture pourra ainsi être retenu sur les actes commis à l’égard des urnes funéraires.

Où disperser les cendres ?
La Loi de 2008 a défini les lieux de destination des cendres. Avant cette date, il était possible de disposer des cendres comme chacun l’entendait. Ainsi, celui qui recevait les cendres pouvait les garder à son domicile ou les repartir là où il voulait.
La loi de 2008 est venue apporter de sérieux changements. Pour cause : de nombreux abus liés à la dispersion des cendres et à l’abandon d’urnes sur des lieux publics jugés non appropriés par l’état Français. A ce titre, le partage des cendres ne peut plus être effectué.
Par ailleurs, les cendres peuvent être dispersées, en totalité, dans les seuls lieux autorisés :
– soit dans un “jardin du souvenir“ (un carré de pelouse dans le cimetière),après accord du maire
– soit dans un lieu naturel.
En aucun cas les cendres ne peuvent se disperser sur la voie publique, dans un lieu public (square, stade, place, etc…)
Par lieu naturel, on entend un espace de pleine nature, accessible mais non aménagé, et éloigné des habitations, autrement dit de grandes étendues accessibles au public : forêt, champ, en haut d’une montagne, en pleine mer…..
De ce fait, la notion de pleine nature apparaît peu compatible avec celle de propriété particulière, interdisant la dispersion des cendres dans un jardin privé, des champs et des espaces cultivés, les cours d’eau et les voies fluviales…
Ce principe peut néanmoins connaître des exceptions, notamment lorsque la dispersion est envisagée :
• dans de grandes étendues accessibles au public mais appartenant à une personne privée (un champ, une prairie, une forêt…), sous réserve de l’accord préalable et exprès du propriétaire du terrain.
• S’agissant des cours d’eau et des rivières sauvages, non aménagés et sous réserve de l’appréciation souveraine des tribunaux, il y a lieu de considérer que la dispersion des cendres y est possible.
• La dispersion en mer est également possible, dès lors qu’elle ne contre vient pas à la réglementation maritime et aux règles édictées localement au titre de la zone de police spéciale de 300 mètres instituée par la loi littoral du 2 janvier 1986 – les cendres ne peuvent pas non plus être disséminées sur la plage ou sur la rive.
Par contre, aucune disposition législative ou réglementaire n’interdit la dispersion des cendres d’un défunt par voie aérienne à condition que cette dispersion intervienne en surplomb d’espaces naturels dépourvus de voies publiques. La cérémonie peut être effectuée à différentes altitudes.
À noter enfin que lorsque l’on dépose les cendres en pleine nature, il faut s’assurer que ces dernières ne risqueront pas de se répandre sur la voie publique ou dans un lieu public.

Obligations de déclarations à la mairie
Dans tous les cas, la dispersion des cendres exige
– pour le jardin du souvenir : une autorisation obligatoire du maire pour disperser les cendres dans le cimetière.
– en pleine nature : d’en informer le maire de la commune où est né le défunt ainsi que celui de la commune où se situe le lieu de dispersion retenu, cela afin d’obtenir les autorisations adéquates.
– en pleine mer : d’en informer le maire de la commune où est né le défunt ainsi que celui de la commune de rattachement du port ou du mouillage de départ du bâtiment, cela afin d’obtenir les autorisations adéquates.
– L’identité du défunt, le lieu et la date de dispersion de ses cendres funéraires sont enregistrés et répertoriés sur un registre créé à cet effet.
– Le lieu de dispersion doit demeurer accessible pour permettre aux familles de venir s’y recueillir. Le maire en gardera trace à cette fin dans les registres officiels, il consignera également la date de la cérémonie.

Dispersion dans une propriété privée
Il est possible de réaliser une dispersion dans une propriété privée mais cela impose des conditions très strictes.
Il faut évidemment que le propriétaire ait donné son accord mais étant donné que la dispersion a un caractère perpétuel, il faut garantir un libre accès au lieu de dispersion à la famille. Et ce même si la propriété est vendue, ce qui impose une contrainte très stricte au futur propriétaire.

NAP

la fête des NAP s’est déroulée samedi 24 juin au rond point de Choignes puis à la salle des fêtes. L’équipe animée par Mlle Marcon a réalisé un projet sur le recyclage et l’Art pendant les Nouvelles Activités Périscolaires. Ce samedi avait lieu l’inauguration de l’installation in situ des œuvres des enfants en présence de Madame le Maire Bernadette Retournard et Madame Caunois Adjointe aux affaires scolaires, de Madame Scherrer et Monsieur Gast de l’Agglomération. Après avoir félicité l’équipe et les enfants pour l’originalité et la technicité des réalisations, les parents ont pu à leur tour déambuler dans cet espace vert puis finir la matinée à la salle des fêtes où les autres projets réalisés au cours de l’année ont été présentés.

20170624-12041320170624-122631p1000317p1000318

Les Commissions

Liste des différentes Commissions

COMMISSION APPELS D’OFFRES
Titulaires : M. Vialletel, M. Thomas, M. Real
Suppléants : M. Ponsot, M. Rousselin, Mme Kolb

COMMISSION DES FINANCES
Mme Arnoult, Mme Kolb, M. Ponsot, M. Rousselin, Mme Voguet, Mme Sandalo

COMMISSION DES BOIS ET DU DOMAINE FONCIER
M. Real, Mme Caunois, Mme Sandalo, M. Ponsot, M. Rousselin

COMMISSION VOIRIE – URBANISME – ENVIRONNEMENT
M. Vialletel, M. Berhaut, Mme Caunois, M. Rousselin, M. Real

COMMISSION DES BÂTIMENTS
M. Real, M. Thomas, Mme Voguet, M. Raby, Mme Sandalo

COMMISSION INFORMATION & COMMUNICATION
M. Raby, M. Real, M. Berhaut, M. Thomas

COMMISSION AFFAIRES SCOLAIRES ET PÉRISCOLAIRES
Mme Caunois, Mme Christophe, M. Berhaut

COMMISSION FÊTES, CÉRÉMONIES & ASSOCIATIONS
Mme Caunois, Mme Sandalo, Mme Voguet, M. Ponsot

COMMISSION DES IMPÔTS DIRECTS
Titulaires : M. Vialletel, M. Real, Mme Caunois, M. Ponsot, Mme Arnoult, M. Thomas
Suppléants : Mme Sandalo, Mme Voguet, M. Rousselin, Mme Janin,
M. Raby, M. Berhaut

.

Ci-dessous la liste des différentes commissions (élus et non élus)

 commissions

CCAS

Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

 

Mme le Maire maintient le CCAS

La loi n°2015-991 du 07 août 2015 portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRé) supprime, dans son article 79, l’obligation pour les communes de moins de 1500 habitants de disposer d’un CCAS.

Notre commune comptant moins de 1500 habitants, Madame le Maire et son Conseil Municipal ont décidé de maintenir le CCAS.

Quel est le rôle d’un CCAS ?

Le C.C.A.S. dispose d’une grande autonomie dans la définition de sa politique. Il doit néanmoins respecter 3 principes :

La spécialité matérielle : interventions dans le domaine de l’action sociale.
La spécialité territoriale : aide réservée aux habitants de la commune.
L’égalité : les aides même facultatives doivent être attribuées de manière indifférenciée. L’aide doit bénéficier à toute personne se trouvant dans une situation comparable.

Le C.C.A.S. est administré par un Conseil d’Administration dont le maire est le président de droit.

Les membres du CCAS :
Membres parmi les élus
Bernadette Retournard
Christine Janin
Edwige Christophe
Yannick Thomas
Claude Voguet
Franky Raby

Membres parmi les habitants :
Danièle Briquez
Marie-Line Dupont
Catherine Mangin
Isabelle Martin
Laurence Rouyer

Les ressources du C.C.A.S. lui sont propres et son budget est autonome par rapport au budget municipal. Les recettes sont constituées en majorité d’une subvention de fonctionnement versée par la commune, de dons, de legs, des participations des usagers aux services…
Attributions obligatoires : le C.C.A.S. met en œuvre une action générale de prévention et de développement social sur la base d’une analyse des besoins sociaux des habitants, en liaison avec les institutions publiques et privées.
Il participe à l’instruction des demandes d’aide sociale “légale” en établissant les dossiers des demandes et en les transmettant à l’autorité compétente.
Attributions facultatives : le C.C.A.S. peut intervenir sous la forme de prestations en espèces, remboursables ou non et de prestations en nature (bons ou colis d’alimentation). Il peut créer et gérer tout établissement ou service à caractère social ou médico-social.
Les actions les plus connues sont sans doute le banquet des anciens et la distribution de colis pour Noël mais le C.C.A.S. aide aussi les familles en difficulté.

Location salle des Hautes-Charrières

La salle des Hautes-Charrières se situe à Chamarandes, à proximité du terrain de football.

Elle est mise à la disposition de la municipalité, de l’école, des habitants de la commune, des associations locales et des extérieurs (prioritairement pour des événements familiaux) pour une capacité maximum de 107 personnes.

img-5876

Règlement intérieur ci-dessous

Formulaire de location et tarifs ci-dessous

Recensement militaire des jeunes à 16 ans

Le recensement à 16 ans

Vous allez avoir 16 ans, ou vous avez 16 ans depuis peu ? Vous êtes concerné par le recensement !

Le recensement est une obligation légale.

Depuis janvier 1999, tous les jeunes Français, garçons et filles, doivent se faire recenser à la mairie de leur domicile. Si vous résidez à l’étranger, vous devez vous rendre au consulat de France.

Il est à effectuer dans les 3 mois qui suivent votre 16ème anniversaire. En vous faisant recenser, vous serez automatiquement inscrit sur les listes électorales.

La mairie (ou le consulat) vous remettra alors une attestation de recensement, à conserver précieusement. En effet, elle vous sera réclamée si vous voulez vous inscrire à tout examen ou concours soumis au contrôle de l’autorité publique (CAP, BEP, BAC, permis de conduire…).

Les données issues du recensement faciliteront votre inscription sur les listes électorales à 18 ans si les conditions légales pour être électeur sont remplies.

Le recensement citoyen en ligne
Disponible 24h/24, 7 jours/7, la procédure est simple et gratuite.

Il suffit de créer un compte sur mon.service-public.fr pour accéder à la démarche “Recensement citoyen obligatoire”, puis de numériser les documents demandés ainsi la personne reçoit l’attestation directement dans son espace confidentiel sur mon.service-public.fr

tract-recensement-verti-fille

Inscriptions sur les listes électorales

Dans quels cas dois-je m’inscrire ou me réinscrire sur les listes électorales ?

Si vous avez déménagé vous devez effectuer une démarche d’inscription sur les listes électorales avant le 31 décembre 2016 et vous devez vous munir :

  • d’une pièce d’identité en cours de validité (carte d’identité, passeport)
  • d’un justificatif de domicile : document de moins de trois mois prouvant que vous êtes bien domicilié dans la commune ou que vous y résidez depuis au moins six mois (par exemple des factures de téléphone ou d’électricité, votre avis d’imposition, des quittances de loyer).

Si vous allez avoir 18 ans :
Vous serez inscrit(e) d’office sur les listes électorales, sous réserve toutefois d’avoir été recensé(e) auprès de la mairie de Chamarandes-Choignes en vue de la journée défense et citoyenneté. Vous n’avez donc pas de démarches particulières à effectuer.
À défaut ou en cas de changement d’adresse depuis votre recensement, vous devez faire une démarche volontaire d’inscription auprès de la mairie de Chamarandes-Choignes.

Urbanisme

Plan Local d’Urbanisme

Commune de CHAMARANDES-CHOIGNES

presentation1

Ci-dessous le Plan Local d’Urbanisme


.

logo-service-public

.

Pour télécharger les cerfas de demande de travaux cliquez ici

Histoire

La bataille de Choignes le 18 janvier 1814

p1040610

Cette escarmouche a vu s’affronter des éléments du 14ème de ligne (régiment haut marnais – haut saônois), renforcés de quelques douaniers, puis de la Garde Impériale (dont certains furent envoyés tenir Langres) face à la coalition de soldats autrichiens (pionniers, hussards) et Wurtembergeois

Ces combats font partie de plusieurs escarmouches qui ont eu lieu dans la région (Choignes, Luzy, Langres, Longeau, Colombey…) et dans l’Aube (Bar sur Aube) à l’ouverture de la campagne France pour aboutir à la bataille de Brienne le Château, entrée en lice de Napoléon1er.

En janvier 1814, notre département a été le théâtre de plusieurs escarmouches lors de la campagne de France. Déjà le Général Mortier avait dû quitter Langres devant la pression de l’ennemi et se replier vers Brienne rejoindre l’empereur, mais le corps Wurtembergeois menaçait de lui couper la route…

Le 18 janvier, les Autrichiens et les Wurtembergeois arrivaient de Biesles, passant par Chaumont Le Bois, prenant à travers champs pour se retrouver à Choignes par le chemin de la côte aux vaches qui dessert l’actuelle écluse.
L’artillerie mise en place sur les hauteurs, les troupes ennemies investissent le village sous une pluie battante, rencontrent des éléments composés d’environ 70 hommes (fantassins du 14ème de ligne et douaniers) qui, après quelques échanges de tir, se replient laissant l’arrière garde constituée de la vieille garde prendre le relais.

Après d’âpres mais brefs combats qui dureront la journée, les Wurtembergeois sont contraints de se replier sur la rive droite de la Marne, d’où les batteries d’artillerie ouvrent le feu détruisant et incendiant plusieurs maisons du village.
Le lendemain matin, lorsque les troupes de la coalition reprennent le village, les troupes françaises ont déjà quitté le théâtre des opérations pour se diriger vers l’Aube par la route de Colombey.

p1040617p1040616p1040612p1040618p1040613dscf0010

GRANDE FÊTE NAPOLÉONIENNE 22 et 23 SEPTEMBRE 2018